ASPIRINE - INFLAMMATION - SDRA

Écrit par Claude KRESPINE le . Publié dans PUBLICATIONS

L'aspirine réduit l'inflammation pulmonaire induite par lipopolysaccharide dans des modèles de syndrome de détresse respiratoire aiguë (SDRA).

http://thorax.bmj.com/content/72/11/971

Pour tester l'hypothèse que l'aspirine réduit l'inflammation dans des modèles humains cliniquement pertinents qui récapitulent les mécanismes physiopathologiques impliqués dans la survenue du SDRA, des volontaires en bonne santé ont été randomisés pour recevoir un placebo ou de l'aspirine 75mg ou 1200mg (1: 1: 1) pendant 7 jours avant une inhalation de lipolysaccharide (LPS) en double aveugle, contre placebo dans une étude par répartition dissimulée.

Un lavage broncho alvéolaire (LBA) a été effectué 6 heures après l'inhalation de 50µg de LPS. La première mesure initiale a été IL-8 dans le LBA. Les mesures ultérieures ont inclus les marqueurs de l'inflammation alvéolaire (neutrophiles, cytokines, protéases neutrophiles dans le LBA), les lésions des cellules épithéliales alvéolaires, l'inflammation systémique (neutrophiles et CRP) et l'activation plaquettaire (Thromboxane B2 TXB2). Des poumons humains ventilés et perfusés ex vivo ((EVLP) ont été randomisés selon le placebo ou 24mg d'aspirine et lésés par le LPS. Le LBA a été effectué 4 heures après. L'inflammation a été évaluée par la variation du nombre de cellules au LBA et par les modifications histologiques. 

Chez les volontaires en bonne santé (n = 33) les données des groupes aspirine ont été combinées. L'aspirine n'a pas réduit l'IL-8 du LBA. Cependant elle a réduit la neutrophilie pulmonaire et les protéases neutrophiles lésant le tissu. (Métalloprotéinase matricielle MMP 8-9. Elle a réduit les concentrations du TNF-a dans le LBA et le TXB2 pulmonaire et systémique. Il n'y a pas eu de différences entre les doses faibles et élevées d'aspirine. Dans le modèle EVLP, l'aspirine à réduit les neutrophiles dans le LBA et les lésions alvéolaires mesurées par les dommages histologiques.

Il est conclu que ces premières données prospectives humaines montrent que l'aspirine inhibe l'inflammation neutrophile pulmonaire à la fois par de faibles et fortes doses d'aspirine. D'autres études cliniques sont indiquées pour évaluer le rôle de l'aspirine dans la prévention et le traitement du SDRA.